COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : L’épidémie poursuit sa progression

La région Bourgogne-Franche-Comté reste la plus touchée de France par la deuxième vague de l’épidémie qui nous impose de ne pas relâcher la vigilance pendant les fêtes.

25 décembre 2020 à 6h00 par Redaction

K6 FM
Crédit: ARS

L’augmentation de l’incidence de l’épidémie se mesure à nouveau cette semaine à l’échelle de tout le territoire de Bourgogne-Franche-Comté, avec un taux en population générale de l’ordre de 250 pour 100 000 habitants soit plus de 100 points de plus qu’à l’échelle nationale ; supérieur à 300 pour 100 000 habitants concernant les plus de 65 ans.

La circulation active du virus n’épargne pas un département, le Doubs et le Jura étant les plus exposés à ce jour et faisant partie des départements les plus touchés de France. Le taux de positivité des tests (près de 8%) s’établit au double de la moyenne nationale.

Sa baisse relative doit être interprétée avec précaution, compte tenu du plus grand nombre de tests réalisés ces derniers jours par des personnes asymptomatiques qui souhaitaient se rassurer à l’approche des fêtes.

 

Très forte pression sur le système hospitalier

La dégradation de la situation épidémiologique continue de maintenir une très forte pression sur les établissements de santé qui enregistrent en moyenne plus de 60 hospitalisations chaque jour.

Plus de 1 700 personnes sont hospitalisées pour des formes sévères de COVID-19 dans la région, où les transferts de patients se poursuivent (plus de 275 depuis le début de cette deuxième vague).

2 480 décès sont recensés en établissements de santé (2 335 la semaine dernière), 1 397 dans les établissements médico-sociaux de la région (1 299 la semaine dernière), soit 243 décès supplémentaires sur la dernière période de 7 jours.

A la veille de Noël, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté remercie tous les professionnels mobilisés et en appelle une nouvelle fois à la nécessaire vigilance de tous, sans relâche, y compris au sein du cercle convivial.

Les efforts de chacun comptent pour stopper le rebond épidémique en conciliant retrouvailles familiales et protection collective, en particulier des plus fragiles.

Communiqué de presse