Actualités locales

Elections à l’université de Bourgogne : confusion dans l'annonce des résultats

10 février 2020 à 12h28 Par la rédaction
Crédit photo : Photo d’illustration K6FM

Les élections à la présidence de l’université de Bourgogne avaient lieu mardi et mercredi dernier avec deux candidats déclarés : Vincent Thomas et Sébastien Chevallier. Le premier a déclaré vendredi soir sa victoire mais le second a démenti l’information ce lundi matin. Sébastien Chevallier indique que l’information donnée vendredi soir par son adversaire ne prend pas en compte l’intégralité des résultats. Ci-dessous son communiqué.

« Je remercie et félicite les membres des listes Agissons pour une autre université et Valorisons ensemble la recherche de demain qui représentent 25 élu.e.s au total dans les trois conseils et qui démontrent que le projet proposé au cours des derniers mois a convaincu. Ces résultats soulignent une volonté de changement dans la méthode mais également dans la vision que nous avons de notre université dans ses missions de service public.

Au total, ce sont 1689 personnes qui ont choisi notre projet, contre 1991 pour les listes de l’ensemble des organisations syndicales et 1679 pour le projet des listes Ensemble. Ce scrutin montre trois éléments majeurs : des résultats très proches au niveau des enseignants et des enseignant-chercheurs, le vote massif des personnels BIATSS en faveur de nos listes et une représentation nouvelle des élu.e.s étudiant.e.s.

Nous avons été extrêmement surpris de l’auto-proclamation de la victoire d’une liste au profit des autres dès la fin de la semaine dernière. Cette information, relayée par la presse locale ne prend pas en compte l’intégralité des suffrages exprimés. Il est impératif, pour la démocratie universitaire, de considérer l’ensemble des résultats et de respecter les votants dans tous les secteurs et dans tous les collèges, notamment les étudiants, les BIATSS et les organisations syndicales qui ont obtenu de bons résultats.

Le processus des élections universitaires est complexe depuis la LRU puisqu’il s’effectue en trois séquences. Nous sortons d’une première séquence extrêmement serrée qui ne permet en aucun cas de présager de la désignation des personnalités qualifiées (deuxième séquence), et encore moins de l’élection de la Présidente ou du Président de l’Université (troisième séquence). L’élection d’un candidat ou d’un autre à la Présidence est donc, à ce stade, tout sauf une formalité.

La campagne électorale avait été respectueuse et digne jusqu’à présent. Le message envoyé à la communauté universitaire vendredi après-midi et les articles de presse publiés ce weekend ne considèrent qu’une partie des votes exprimés, alors que les résultats dans les trois conseils centraux, sont extrêmement serrés et représentent l’expression de tous les membres de la communauté universitaire. »

Communiqué de Sébastien Chevalier, Pour les listes « Agissons pour une autre université »