La candidate écologiste à Dijon s’exprime sur la catastrophe de l'usine Lubrizol

Stéphanie Modde, tête de liste EELV pour élections municipales à Dijon, s’est exprimé ce mercredi matin sur la catastrophe de l’explosion de l’usine Lubrizol survenue il y a un mois à Rouen. Ci-dessous son communiqué.

30 octobre 2019 à 18h28 par la rédaction

K6 FM
St�phanie Modde, t�te de liste EELV pour �lections municipales � Dijon
Crédit: DR

« Il y a tout juste un mois, après qu’un vaste incendie ait dévasté l’usine de lubrifiants automobiles classé « Seveso haut », Lubrizol, dix mille tonnes de produits chimiques se sont répandus dans un nuage toxique sur plus de 20 kilomètres autour de Rouen. L'évènement pourrait passer pour exceptionnel si l'année dernière, 1 112 accidents industriels n'avaient été recensés dont 160 sur des sites sensibles soit une hausse de 45% sur ces deux dernières années (chiffres fournis par le ministre de la transition écologique en mars 2019). Pour toute réponse, le gouvernement a commandé un rapport « pour simplifier et accélérer les installations industrielles » … Il s’est d’abord préoccupé d’efficacité économique, au détriment de la sécurité des citoyens.

Il faut regarder la réalité en face : nos modes de vie sont basées sur des process industriels dont depuis toujours la dangerosité de certains est avérée. Il n'y a qu'une solution : le choix démocratique. Soit l'on considère que le risque est trop grand pour les avantages qu'une technologie confère à la société et dans ce cas, on interdit cette production. C'est le cas des OGM ou des pesticides. Soit l'on considère que le risque est à prendre et là, il faut tout faire pour contrôler ce risque et anticiper au mieux l'accident possible. Pour cela, il faut que les populations potentiellement touchées soient informées et préparées à ce risque. Ce n'est malheureusement pas le cas aujourd'hui et c'est la raison de la perte de confiance des populations envers les pouvoirs publics.

Pour EELV, il est urgent de rétablir cette confiance. C’est pourquoi nous exigeons de l’Etat qu’il enjoigne aux préfets d’informer les citoyens et lance immédiatement une opération vérité sur l’ensemble des sites classés Seveso, en y associant étroitement les collectivités locales, les organisations syndicales, les associations environnementales et les citoyens.

En Bourgogne Franche-Comté, 29 sites Seveso répertoriés seuil haut et 40 sites Seveso, dont 2 à Longvic et un à Dijon*, répertoriés seuil bas, éparpillés sur nos huit départements, présentent de forts risques. Sans parler des autres sites industriels problématiques. Les citoyens ne sont pas des enfants et ils ont le droit de savoir quels risques ils courent, comment s'y préparer au mieux et s'il est possible de les éviter. »

Communiqué de Stéphanie Modde, tête de liste EELV de la liste écologiste, citoyenne et solidaire

*Le site de la Raffinerie du Midi, Dijon Céréales et l’Entrepôt pétrolier de Dijon (EPD)