Les élu-es metropolitain-es s’adressent au premier ministre Jean Castex.

Voici la tribune métropolitaine « La culture : un droit et une liberté fondamentale » cosignée par les élu(e)s à la culture des villes de Chenôve (Léo LACHAMBRE), Dijon (Christine MARTIN), Longvic (Marie-Line BONNOT), Quetigny (Sandrine MUTIN) et Talant (Laurent ARNAUD).

16 décembre 2020 à 15h20 par Redaction

K6 FM
Marie-Line BONNOT, adjointe � la Culture � Longvic
Crédit: Ville de Longvic

Lors de votre intervention du 15 décembre 2020, vous avez déclaré, Monsieur le Premier Ministre, que face à la pandémie « nous ne pouvons baisser la garde ».

Nous, élus locaux, ne pouvons qu’adhérer à cette exigence de solidarité pour vaincre la Covid-19 d’autant que nous sommes en première ligne pour lutter contre les conséquences dévastatrices de cette crise auprès de toutes les populations de nos territoires.

Dijon métropole est un bassin de vie fier d’une offre culturelle diversifiée, exigeante et populaire. Chacune de ses 23 communes considère la culture comme pilier du vivre ensemble concourant à l’épanouissement de toutes et tous dès le plus jeune âge.

Nous vous savons gré d’avoir permis le fonctionnement des bibliothèques. Nous sommes convaincus que tous les établissements culturels ont cette même capacité de respect des protocoles fixés.

Aujourd’hui, nous nous mobilisons face à votre refus d’autoriser l’ouverture des salles de spectacles, des musées, des cinémas. C’est pour nous la terrible illustration du manque d’écoute, de considération et d’ambition de votre gouvernement pour le monde culturel. Nous considérons que c’est ici décider de son irresponsabilité, alors même que tout y a été mis en œuvre pour répondre aux exigences sanitaires.

Ce secteur a été violemment mis à l’arrêt sans aucune concertation. Combien paieront le prix fort de vos décisions ? Que restera-t-il de ce tissu indispensable ? Toute notre attention doit être apportée aux nombreux professionnels et associatifs, techniciens et artistes des secteurs du spectacle vivant, du livre, du patrimoine.

Nous, élu.e.s à la culture des villes de Dijon, Chenôve, Longvic, Quetigny et Talant, souhaitons témoigner de notre soutien à l’ensemble du monde culturel et évènementiel en l’assurant de notre écoute bienveillante.

Avec force et responsabilité nous refusons, plus que jamais, de « baisser la garde ». Nous revendiquons la possibilité de mener pleinement tous les combats culturels nécessaires à notre temps. Nous déclarons ensemble que l’art et la culture sont essentiels et qu’ils sont les réponses humanistes aux difficultés que nous traversons.

Face à cette crise sanitaire et sociale, la culture est un espace de respiration et de soutien pour nos concitoyen.ne.s, notamment les plus fragiles. Nous estimons que la mise à l’arrêt de nombreux projets d’éducation artistique et culturelle est une erreur qui nuira durablement à l’épanouissement de nos enfants.

Alors que de fortes tensions traversent notre pays, la culture doit pouvoir créer une ouverture universaliste, émancipatrice et républicaine. Nous revendiquons qu’elle vienne nourrir l’imaginaire citoyen, trop souvent laissé aux mains du consumérisme.

La culture est un levier puissant contre la peur et le repli qui minent nos sociétés. Ce n’est ni une coquetterie ni un supplément d’âme, c’est une ambition de partage qui doit animer notre pays et qui a toujours irrigué notre région et notre métropole.

« La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture » aussi nous demandons avec force, qu’au pays de l’exception culturelle, la culture soit inscrite par votre gouvernement à cette juste place, celle d’un droit fondamental figurant dans la loi et la constitution.

N’oublions pas que dans la mythologie grecque, le rameau d’or symbole de sagesse et de connaissance permit à Enée de traverser les enfers.