Actualités locales

Réhabilitation à Talant : l’association CLCV réagit

17 février 2021 à 12h15 Par la rédaction
Vue sur le quartier du Belvédère (à Talant) depuis le plateau de la Cras
Crédit photo : K6FM

L’association de défense de consommateurs « CLCV de Côte d'Or » a réagi ce mercredi matin suite à l’annonce faite dans le « Bien Public » du bailleur social CDC Habitat de réhabiliter son ensemble immobilier de 331 logements dans le quartier du Belvédère, à Talant. Ci-dessous le communiqué.

« Si nous sommes satisfaits de cette annonce qui rendra enfin le quotidien des locataires habitant dans cet ensemble immobilier beaucoup plus agréable en matière de cadre de vie et financièrement en raison d’un chauffage défectueux et des notes d’électricité plus que salées, nous rappelons néanmoins que cette réhabilitation n’a pas pu être réalisée du jour au lendemain et qu’une nouvelle fois, les locataires vont découvrir au fil de l’eau et à travers un guide … cette réhabilitation sans concertation préalable.

En effet, préalablement à toute décision d'engager une opération d'amélioration, ayant une incidence sur les loyers ou les charges locatives, ou de construction-démolition, le bailleur mentionné à l'article 44 bis de la loi du 23 décembre 1986, est tenu d'organiser une ou plusieurs réunions d'information des locataires. Pendant l'élaboration du projet, il est tenu de mener une concertation avec les représentants des locataires, désignés dans les conditions prévues au premier alinéa de l'article 44. Lorsque le conseil de concertation locative, prévu à l'article 44 ter, existe, cette concertation est également réalisée dans son cadre. A défaut de représentants des locataires dans l'immeuble ou le groupe d'immeubles et après en avoir informé le conseil de concertation locative, quand il existe le bailleur doit mener cette concertation avec les locataires réunis à cet effet. La concertation porte sur la consistance et le coût des travaux, leur répercussion prévisible sur les loyers ou les charges locatives, les modalités de leur réalisation, sur l'opportunité de créer un local collectif résidentiel ainsi que, le cas échéant, sur les conditions de relogement des locataires, notamment pour les opérations de construction-démolition. Les documents et les diagnostics ayant permis d'élaborer le projet sont tenus à disposition des locataires et de leurs représentants. Parallèlement, le bailleur informe la commune de ses projets et de l'engagement de la concertation. Une fois le projet élaboré et avant le début de l'opération d'amélioration ou de construction-démolition, le bailleur dresse un bilan de la concertation qui comporte, le cas échéant, l'avis motivé des représentants des locataires. Il en informe les locataires réunis à cet effet.

Ors où est cette concertation ? Quand ont eu lieu ces réunions ? Aucunes réponses à nos demandes répétées alors si nous nous réjouissons de l’engagement des travaux, force est de constater que l’association CLCV et son groupement de locataires de Talant n’a pas été associé à cette réhabilitation qui pourtant alerte le bailleur sur la situation de la résidence depuis 2017 et le regrette vivement. Une nouvelle fois, entre les écrits et les actes, il y a un fossé …. D’autant plus quand on sait comment peut être menée une réhabilitation pour les locataires ! »