Un dispositif pour lutter contre le mal logement en Côte d’Or

Une campagne intitulée « Propriétaires Solidaires » a été lancée récemment en Côte d’Or pour lutter contre le mal logement. Ci-dessous le communiqué.

15 février 2021 à 5h30 par la rédaction

K6 FM
Crédit: Photo dillustration K6FM

A l’occasion du congrès national de la FNAIM qui a lieu au mois de novembre, et fort de son expérience de 35 ans d’action en faveur du logement et de l’insertion des personnes en difficulté, le Mouvement Habitat et Humanisme lance un appel aux propriétaires de biens à louer pour leur proposer une location et une gestion de leurs biens immobiliers, sûres, sereines et solidaires.

Dans ces temps si difficiles de crise sanitaire, économique et sociale, les initiatives solidaires et innovantes méritent d’être saluées?: oui, on peut agir concrètement en faveur des plus fragiles, tout en préservant ses intérêts patrimoniaux.

Une prise en gestion sereine et avantageuse

Via son agence immobilière à vocation sociale, ISBA, Habitat et Humanisme Côte d’Or prend le bien en mandat de gestion, le propriétaire consent un loyer modéré, il souscrit une assurance à tarif préférentiel, et il peut bénéficier d’avantages fiscaux sur ses revenus fonciers. En lien avec l’agence, l’association accompagne le propriétaire pendant toute la durée du bail.

Une gestion locative adaptée 

Avec son AIVS ISBA, Habitat et Humanisme Côte d’Or pratique une gestion locative adaptée qui sécurise le risque locatif : accompagnement du locataire durant toute la durée du bail, aide au locataire pour pallier à tout problème éventuel lié au logement et intervention rapide en cas de difficulté.

Un encouragement de l’Etat

Dans le cadre du dispositif, le propriétaire a la possibilité de conventionner son logement auprès de l’ANAH (Agence Nationale de l’habitat) pour une durée de 6 ou 9 ans. Il bénéficie alors d’un abattement fiscal de 85% sur ses revenus fonciers et de subventions potentielles pour la rénovation de son bien, ainsi que d’une prime forfaitaire de 1 000€.

Par ailleurs, plusieurs primes peuvent être versées par l’ANAH pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique, dans certains cas, abondées éventuellement par les collectivités territoriales. Habitat et Humanisme apporte une aide pour effectuer les démarches nécessaires, d’autant plus que, depuis le 16 novembre 2020, les logements les plus énergivores sont exclus du dispositif de défiscalisation, à défaut de rénovation.

En 2020, Habitat et Humanisme dispose ainsi de quelques 4 000 logements à travers la France.

Devenez propriétaire solidaire avec Habitat et Humanisme Côte d’Or

Habitat et Humanisme Côte d’Or fait appel à tous les propriétaires pour rejoindre à leur tour ce dispositif valorisant et sécurisé sur Dijon et son agglomération.

Parole de propriétaire solidaire :

«?Quand on est propriétaire, on a toujours la crainte que son logement va être dégradé, qu’il y aura des impayés mais la garantie, la gestion très rigoureuse et l’accompagnement offert par les bénévoles et les salariés d’Habitat et Humanisme nous rassurent?» confie Alain Dubreuil, propriétaire solidaire d’un T3 à Nantes loué 380 euros par mois à sa locataire.?

«?Je trouve que le logement est devenu un objet de spéculation alors qu'il s'agit d'un besoin premier. En plafonnant mon loyer, je permets à une personne en situation de précarité d'accéder au logement et je participe à la pondération des prix des logements », explique-t-il.

 En cas de petits problèmes techniques -comme un évier bouché, par exemple - l'AIVS mobilise son réseau de bricoleurs solidaires afin d'intervenir. Pour des travaux plus conséquents, l'Agence nationale de l'habitat (ANAH) peut prendre en charge la majeure partie des frais, moyennant quoi le propriétaire s'engage à louer son bien à un tarif très social. C'est ainsi qu'en 2010, Alain Dubreuil a rénové entièrement son T3 en ne déboursant que 8 000 euros sur les 50 000 € du coût total des travaux. « Je n'aurais jamais pu faire les travaux, s'il n'y avait pas eu de convention avec l'ANAH », souligne-t-il.

Si le propriétaire estime qu'il ne gagne pas beaucoup d'argent avec ce logement, sa satisfaction est ailleurs : « Cet appartement, ma femme et moi en avons hérité de sa mère. Le louer de cette manière permet de le garder mais de lui donner un sens. La meilleure des récompenses, c'est de voir quelqu'un en difficulté y entrer, et redresser la tête au fur et à mesure. »