Un nouveau réseau de chaleur à Bligny-sur-Ouche

Jacques Jacquenet, Président du SICECO, territoire d’énergie Côte-d’Or et Patrick Duthu, Président de la régie Côte-d’Or Chaleur, ont inauguré ce mardi le réseau de chaleur de Bligny-sur-Ouche en présence des partenaires financiers. D’une longueur de 525 mètres, il dessert 6 bâtiments.

16 octobre 2019 à 5h18 par la rédaction

K6 FM
Le b�timent de la chaufferie
Crédit: SICECO

C’est une chaufferie biomasse alimentant 525 mètres de réseau. 

La production de chaleur est issue d’une chaufferie biomasse. D’une puissance bois de 330 kW (avec un appoint fioul de 522 kW), elle dessert, via 525 mètres de réseau, le gymnase/dojo, la maison des services, les écoles publiques, le collège, le centre d’incendie et de secours et des logements Orvitis (raccordés en 2020). Ce nouvel équipement contribue au développement de la filière bois locale : l’entreprise Roussel située à Valforêt (21), soit à 30 km du site fournit le bois forestier.

Un projet au cœur de la transition énergétique

Initié en 2015 par la communauté de communes de Blignysur-Ouche, désormais fusionnée à celle de Pouilly-en-Auxois, le projet a été confié au SICECO qui le finance et l’exploite via sa Régie Côte-d’Or Chaleur. D’un montant de 575 000 € HT, dont 332 000 € de subventions (Feder, ADEME, Région, Département), il inscrit le territoire dans la transition énergétique : par rapport aux anciens systèmes de chauffage, la chaufferie permet d’éviter le rejet de 147 tonnes de CO2 dans l’atmosphère, soit l’équivalent de 74 voitures parcourant annuellement 15 000 km.

 

Des intérêts économiques, écologiques et sociaux

La mise en place d’un réseau de chaleur alimenté par une chaufferie biomasse présente de multiples avantages. Elle permet d’utiliser une des énergies les moins chères du marché (en moyenne 20 à 27 € TTC/ MWh entrée chaudière pour le bois déchiqueté) et dont le coût est plus stable que celui des énergies fossiles, telles que le fioul ou le gaz. Elle dynamise l’activité locale en ayant recours à des fournisseurs de bois locaux. Du coup, elle est source de maintien et de création d’emplois dans la filière forestière (valorisation des sous-produits de bois, entretien des équipements, ..). Le patrimoine forestier est mis en valeur par un entretien et une exploitation respectueux de l’environnement.

UN PROJET AU CŒUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Initié en 2015 par la communauté de communes de Bligny-sur-Ouche, désormais fusionnée à celle de Pouilly-en-Auxois, le projet a été confié au SICECO qui le finance et l’exploite via sa Régie Côte-d’Or Chaleur. Par rapport aux anciens systèmes de chauffage, cette nouvelle installation permet au territoire, impliqué dans une démarche TEPos (Territoire à Énergie Positive) puis TEPCV (Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte), d’atteindre ses objectifs de :

Maîtrise de la facture énergétique

Réduction d’émissions de gaz à effet de serre : 147 tonnes de CO2 rejetées en moins dans l’atmosphère, soit l’équivalent de 74 voitures parcourant annuellement 15 000 km

Utilisation d’énergie locales et renouvelables : les 196 tonnes de plaquettes bois consommées annuellement par la chaufferie proviennent de l’entreprise Roussel située à Valforêt, soit à une trentaine de kilomètres du site.

Communiqué du SICECO