Ou en est le développement des mobilités électriques en Côte d’Or ?

A l’occasion d’une réunion prévue la semaine prochaine sur le sujet, nous avons échangé avec Thierry Brossier, vice-président de l’association Bourgogne-Franche-Comté électrique, sur le développement des mobilités dites « douces » en Côte d’Or.

3 avril 2022 à 16h00 par Fabrice Aubry

De plus en plus de particuliers comme d’entreprises choisissent de passer à l’électrique
De plus en plus de particuliers comme d’entreprises choisissent de passer à l’électrique
Crédit: Photo d’illustration K6FM

Le phénomène de cesse de prendre de l’ampleur et l’augmentation du nombre de véhicules électrique est exponentielle sur toute la France, comme ailleurs en Europe.

Encouragés par les aides fournies par le gouvernement, de plus en plus de particuliers comme d’entreprises choisissent de passer à l’électrique. Mais ce développement reste encore freiné par le nombre de bornes installées sur la voie publique, et notamment en zone rurale. Qu’en est-il en Côte d’Or ? Nous avons échangé sur le sujet avec Thierry Brossier, vice-président de l’association Bourgogne-Franche-Comté électrique. Avec lui, nous avons aussi soulevé le problème de la production des batteries qui nécessite d’extraire du lithium, une matière rare, ce qui entraine souvent la destruction de zones naturelles… un comble pour une technologie dite écologique. Retrouvez ci-dessous notre interview :   

Interview de Thierry Brossier
Interview de Thierry Brossier
Crédit: K6FM