Bientôt Noël, les archéologues ont les boules !  

Pourquoi ? Parce que les agents de l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) sont parmi les moins bien payés de la Fonction publique d’État. Ils descendront demain dans les rues de Dijon.

3 décembre 2020 à 16h30 par Redaction

K6 FM
Archives. Manifestation des cheminots de la CGT
Crédit: K6FM

Leur rémunération n'a pas évolué depuis une vingtaine d'années à tel point qu’aujourd’hui un archéologue embauché au premier échelon a un salaire en dessous du SMIC.

D'ici 2032, 800 départs en retraite sont à prévoir. Les embauches se font essentiellement sous contrat à durée déterminé alors que notre activité augmente.

A défaut d'avenir professionnel c'est toute une génération d'archéologues qui pourrait être sacrifiée et à terme un savoir-faire qui va disparaître.

L'Inrap n'a plus d'autre boussole que la gestion budgétaire.

Agents et missions de l'Inrap sont devenus les variables d’ajustement d'une vision financière dans laquelle les missions scientifiques et patrimoniales sont devenues accessoires.

En conséquence, les agents de l’Inrap se mobilisent pour la reprise rapide des négociations avec le Ministère de la Culture pour obtenir :

- Une hausse des salaires pour compenser la perte de pouvoir d'achat subie par les personnels depuis 2002 (Au minimum à 500€ par mois).

- La mise en place d’une politique d’emploi basée sur le recrutement régulier d’agents en CDI pour, d’une part, mettre fin à la précarité et d’autre part maintenir la capacité opérationnelle et scientifique de l’établissement.

- La mise en place d’une organisation du travail respectueuse des agents et de nos métiers.

 

Ils appellent à un rassemblement Place de la Libération à Dijon ce vendredi 4 décembre 2020 à 14H00

 

 

Communiqué de presse