Collégienne violée rue de Talant à Dijon : les propositions des élus pour améliorer la sécurité dans le quartier

Ce mercredi, François-Xavier Dugourd, 1er Vice-président du Conseil départemental, et Danielle Darfeuille, Conseillère départementale du canton de Dijon 1, ont tenu une conférence de presse pour présenter un ensemble de propositions afin d’améliorer la sécurité dans le quartier à la suite du viol d’une collégienne rue de Talant le 7 janvier dernier.

26 janvier 2021 à 20h31 par Dimitri Coutand

K6 FM
Crédit: K6FM

Accompagnés de Jean Perrin, président de l’OGEC du Groupe COLYSE, François-Xavier Hauderbon, Directeur Général du Groupe COLYSE, mais aussi de représentants des parents d’élèves des établissements du quartier, les deux élus ont fait plusieurs constats.

Tout d’abord, celui que les problèmes de sécurité ne sont malheureusement pas nouveaux dans ce quartier, puisque la présence de plus de 4 200 élèves dans un rayon de 300 mètres entraîne en permanence des trafics divers et attire aussi les prédateurs sexuels.

De plus, cette concentration d’individus rend très compliqué la circulation et le stationnement dans tout le secteur. La sécurité des piétons et des cyclistes n’est plus assurée et les incivilités sont nombreuses.

Pour pallier cela, les élus proposent la mise en place de la vidéoprotection dans les établissements et aux abords, mais aussi dans l’ensemble des rues de Talant et Raoul de Jugné. Le Conseil Départemental est d’ailleurs prêt à participer à l’effort financier nécessaire dans le cadre de ses compétences sur les collèges.

Autre proposition, c’est le lancement d’une étude globale sur la rue de Talant, avec notamment un élargissement des trottoirs et la création d’une piste cyclable. Le passage de la rue à sens unique a aussi été évoqué.

Pour ce qui est du secteur Victor Hugo, il est demandé une reprise de la signalétique et des marquages au sol, la création d’un espace d’attente pour les enfants et leurs familles devant l’école, la pose de barrières sur les trottoirs et la création de déposes-minutes.

L’un des représentants des parents d’élèves a également proposé une présence policière à proximité des établissements. « On attend un signal fort de la mairie de Dijon. Ce n’est pas un caprice. Il y a des faits, et il faut y aller » a expliqué ce même parent.

François-Xavier Dugourd conclut : « il est temps de prendre des mesures fortes dans le secteur de la rue de Talant et de l’avenue Victor Hugo pour améliorer la sécurité de nos enfants, de nos anciens et plus généralement des habitants de cette rue ».