Ils vont de nouveau déposer plainte contre le glyphosate

L’association « les amis de la terre de Côte d’Or » nous a indiqué que 57 plaintes seront déposées ce mercredi après une 3eme session d'analyse au glyphosate qui aurait « battu des records ». Ci-dessous leur communiqué.

1er juillet 2019 à 4h39 par la rédaction

K6 FM
Crédit: DR

Les citoyens côte d'oriens s'emparent massivement de la campagne glyphosate.

57 personnes déposent plainte ce mercredi 3 juillet suite à la 2ème session d'analyses.

61 personnes ont par ailleurs participé à la 3ème session, qui affiche une moyenne élevée

 

La Campagne Glyphosate s'attaque à une problématique majeure et plus que jamais d'actualité : quel impact le système agro-chimique qui nous nourrit a-t-il sur notre santé et notre environnement ?

La rigueur scientifique des analyses que nous menons au sein des Collectifs Glyphosate qui ont essaimé dans toute la France confirme malheureusement ce que beaucoup craignaient. Nous avons tous du glyphosate dans le corps. Cette molécule de synthèse est donc omniprésente dans l'environnement.

La première session d'analyses, effectuée en janvier, présente des taux variant entre 0,49 ng/ml et 2,02 ng/ml, avec une moyenne de 0,87 ng/ml.

En mars, alors que les épandages de pesticides dans les champs commençaient, la deuxième session d'analyses présente une moyenne de 1,09  ng/ml (résultats variant entre 0,14 et 2,97 ng/ml)

La troisième session, qui a eu lieu le 15 juin - alors que l'épandage de produits chimiques dans les champs destinés à nous nourrir bat son plein - présente une moyenne encore plus élevée de 1,56 ng/ml  avec des résultats variant de 0,11 à 3,25 ng/ml !

Alors que le Conseil d'état vient d'annuler fin juin un arrêté du gouvernement encadrant l'usage des pesticides, car jugé comme ne protégeant pas suffisamment la santé et l'environnement.

 

Alors que les procès contre Monsanto/Bayer s'enchainent aux Etats-Unis et que des actions collectives se montent au Québec contre cette firme.

Alors que les scandales autour de Monsanto éclatent les uns après les autres, le dernier en date faisant état du fichage par la multinationales de centaines de personnalités françaises, et donc de son lobbying réel, toxique et incontrôlé.

Alors qu'en France plusieurs milliers de personnes portent plainte dans le cadre de la campagne glyphosate.

... Le gouvernement français reporte l'interdiction du glyphosate, l'un des co-composant du Round Up, commercialisé par Monsanto, et composant de la majorité des herbicides.

Il y a quelques jours, face à l'actualité caniculaire et dans le cadre du projet de loi énergie et climat, l'Assemblée Nationale votait "l'urgence écologique et climatique". Nous en prenons bonne note.

Mais au-delà des paroles, où sont les actes ? Où sont les interdictions réelles et les limites contraignantes qui permettront aux générations futures de vivre... tout simplement ?

En Bourgogne-Franche-Comté, 3.470 tonnes de produits phytosanitaires – dont 475 tonnes de glyphosate – ont été utilisées en 2015.

Ces produits et ces pratiques, imposés par le lobby agro-chimique, ont bien sur des répercussions sur la qualité des sols, des cours d'eau, de notre nourriture et impactent donc notre santé.

Le Collectif Glyphosate 21 apporte tout son soutien aux paysans bio qui respectent la terre, leurs voisins, les consommateurs et les zones de captage d'eau, en travaillant sans chimie de synthèse.

Avec l'ensemble des citoyens participant à cette campagne, nous appelons de tous nos vœux les élus à prendre leurs responsabilités et à accompagner l'ensemble des paysans vers des pratiques qui assurent la bonne santé de tous.

La révision imminente de la Politique Agricole Commune (PAC) doit être un levier pour nous permettre de produire, de façon harmonieuse et durable, une alimentation saine pour tous.

Pour rappel, le glyphosate est le composant actif des herbicides, créé pour tuer toute plante qui n’a pas été modifiée génétiquement pour le tolérer. Il est toujours mélangé avec d’autres ingrédients chimiques, co-formulants dont la toxicité n'est pas évaluée lors des autorisations de mises sur le marché et qui s'avèrent eux aussi très dangereux. L'effet cocktail de ces molécules sur la santé et l'environnement 'a jamais été analysé malgré les nombreuses demandes citoyennes.

La présence de glyphosate dans le sol a un impact désastreux sur les micro-organismes vitaux présents dans les sols ainsi que sur la faune. Les végétaux détruits par le glyphosate sont des ressources et des habitats essentiels pour les insectes, les oiseaux et l'ensemble de la faune.

La contamination des eaux de surface par le glyphosate est également préoccupante pour tous. Des traces de glyphosate sont détectées dans l'eau utilisée comme source d'eau potable.

Communiqué de l’association « les amis de la terre de Côte d’Or »