Actualités locales

Second tour des municipales le 28 juin : les réactions à Dijon

23 mai 2020 à 07h00 Par Fabrice Aubry
Crédit photo : Photo d’illustration K6FM

Le gouvernement a annoncé ce vendredi que, sauf avis contraire du conseil scientifique en temps voulu, le 2eme tour des élections municipales est désormais fixé au dimanche 28 juin. Une annonce qui a entrainé quelques réactions à Dijon, ou un 2eme tour se jouera.

Le maire sortant, François Rebsamen, qui avait milité ces derniers jours pour la tenue du second tour le mois prochain, n’a pas réagi officiellement ce vendredi après l’annonce du gouvernement.

En revanche, Sylvain Comparot, qui était le candidat d’une alliance « LREM – UDI- Pour Dijon » au premier tour a fait part de sa position dans un communiqué :

« Je suis stupéfait d’avoir vu certains maires sortant de grandes villes, parmi lesquels François Rebsamen, faire pression sur le Président de la République et le Premier Ministre. Une élection en juin ferait élire des maires avec 30%-40% de participation. Notre pays n'est pas prêt pour un second tour des municipales en juin, c'est pour moi une faute démocratique. Je pense que l’on va faire prendre des risques inutiles et inconsidérés aux Dijonnaises et Dijonnais dans une situation pleine d’incertitudes. L’enjeu prioritaire, ce ne sont pas les élections, c’est la santé de tous et le soutien à notre économie.

On entend tous les jours que le jour d’après serait différent du jour d’avant. Pourtant, avec ce second tour le 28 juin, en pleine crise sanitaire et désormais économique, le monde d’après ressemble tristement au monde d’avant. Prenant acte du choix du gouvernement d’organiser le second tour des municipales le 28 juin, je réunirai la semaine prochaine le Bureau de campagne de Dijon l’Avenir Ensemble. Arrivée 4e à Dijon au soir du 15 mars, notre liste officialisera prochainement son positionnement quant au second tour des Municipales à Dijon. »

 

Autre réaction, celle du candidat « LR », Emmanuel Bichot :

« Dès aujourd’hui, nous appelons tous les électeurs dijonnais à se mobiliser pour ce grand rendez-vous démocratique, déterminant pour les six ans qui viennent. La liste Agir pour Dijon est arrivée en deuxième position au premier tour, malgré le déclenchement de la crise sanitaire qui a favorisé les maires sortants et une participation très faible. Le second tour sera décisif : c’est une nouvelle élection que nous allons gagner. Car nous sommes la seule alternative à la majorité actuelle et ses alliés d’Europe Écologie les Verts, membres à part entière de la majorité sortante et comptables de la bétonisation intensive de la ville. Nous appelons tous ceux qui souhaitent un renouvellement de la politique locale à se rassembler derrière nous. Nous prenons l’engagement de vous servir à plein temps pendant six ans. Dès le lendemain des élections, il faudra répondre plus efficacement à la crise. Depuis plusieurs semaines, nous proposons des mesures plus volontaristes, en particulier pour soutenir la reprise économique.

Après une gestion solitaire de la crise sanitaire, sans débat démocratique, nous nous réjouissons que le maire ait enfin consenti à convoquer le conseil municipal, qui ne s’était pas réuni depuis cinq mois. Le pouvoir local ne peut être confisqué par un seul homme. La crise sanitaire nous a donné raison sur bien des points, tout particulièrement sur la nécessité d’un urbanisme à taille humaine, développant les espaces verts et respectant l’identité des quartiers. Nos priorités sont plus que jamais la qualité du cadre de vie et la relance économique. Nous invitons les Dijonnais à voter massivement le 28 juin, et nous veillerons tout particulièrement au respect des conditions de sécurité sanitaire. Le maire sortant a profité de cette crise pour mener une intense campagne de communication. Nous nous réjouissons que la campagne électorale puisse reprendre dès la parution du décret du 27 mai, avec un traitement plus équitable des candidats. »

Pour rappel, le second tour des élections municipales à Dijon opposera le maire sortant, François Rebsamen (PS), Emmanuel Bichot (LR) et Stéphanie Modde (les Verts).