Sylvain Comparot : « Nous voulons un territoire zéro déchet en 2035 »

En vue des prochaines élections municipales à Dijon, les grandes lignes politiques de la liste « LREM - UDI - Pour Dijon » ont été présentées ce jeudi matin lors d’une conférence de presse.

24 octobre 2019 à 9h36 par Fabrice Aubry

K6 FM
Sylvain Comparot ce jeudi matin en conf�rence de presse, accompagn� de Charles Rozoy (� droite)
Crédit: K6FM

Avec la liste commune « LREM - UDI - Pour Dijon », c’est une alliance de courants centristes qui a été présentée ce jeudi matin à la presse. Une alliance centriste même si la tête de liste, Sylvain Comparot, n’a cessé de le répéter : « On est contre personne et on veut la mixité des idées », laissant une main tendue à d’autres candidats, en dehors "des extremes". Le ralliement de Laurent Bourguignat est par exemple espéré mais ce dernier est pour le moment chargé de former à Dijon une liste du parti « Libres ! » (parti de Droite créé par Valérie Pecresse).

Ce jeudi matin, en présence des journalistes et des représentants des partis LREM, UDI et de l’association « Pour Dijon », les principaux thèmes de campagne ont été évoqués. 

Surfant sur la tendance actuelle, Sylvain Comparot souhaite faire campagne sur l’écologie. Il n’a cessé de le marteler : « Nous voulons un territoire zéro déchet en 2035 ». Comment y arriver ? Il n’a pas souhaité développer davantage le sujet, laissant entendre que des précisions seront données ces prochains mois.

Sur le thème de la sécurité, Sylvain Comparot a déclaré vouloir « Une ville plus sûre et recréer du lien entre les gens ». 

Présent ce jeudi matin, Sébastien Mirek, référent du parti La République en Marche, a notamment rappelé la ligne du projet : « Ecouter, rassembler et agir ».  

Concernant le passé politique de Sylvain Comparot (qui était avant militant au Parti Socialiste) : il s’est exprimé de cette manière : « Mon expérience politique est d’abords celle j’ai obtenue lorsque j’étais bras droit du président de l’université de Bourgogne, Alain Bonnin ».

Ecoutez ci-dessous l’interview de Sylvain Comparot :